La qualité de l’air est un problème sanitaire majeur dans les sociétés industrielles modernes. Les activités humaines rejettent un grand nombre de substances polluantes dans l’atmosphère qui ont un impact direct sur la santé humaine. Les polluants de l’air ambiant sont des gaz (oxydes d’azote, ozone, dioxyde de soufre, métaux, composés organiques, etc.) ou des particules en suspension plus ou moins fines (PM10 et PM2.5).

paris-pollution-air-particules

L’étude APHEKOM a montré que le dépassement de la valeur guide de l’OMS pour les PM2,5 dans 25 villes européennes comptant 39 millions d’habitants se traduit chaque année par :

• 19000 décès prématurés, dont 15000 décès pour causes cardiovasculaires ;
• 31,5 milliards d’euros en dépenses de santé et coûts associés.

Étudier et cartographier la qualité de l’air avec les outils numériques

Les outils numériques, les modèles, couplés aux mesures in situ de qualité de l’air permettent d’apporter une information spatialisée sur la qualité de l’air (cartographies).

Outre la gestion de projet, je peux vous apporter une expertise approfondie sur la qualité de l’air. Mon expérience du plus de 10 ans dans le domaine de la surveillance de la qualité de l’air (AASQA) m’a permis d’avoir une vision globale des enjeux de la qualité de l’air et de répondre à des problématiques concrètes.

Je mets en œuvre les modèles numériques qui permettant de calculer les concentrations de polluants dans l’air ambiant à partir des données d’émissions, des conditions météorologiques et de la topographie. Les techniques d’assimilation de données modernes permettent d’utiliser dans les cartographies les données de mesures in situ que réalisent les organismes de recherche ou les pouvoirs publics (AASQA).

NO2 Surface concentrations at high horizontal resolution in CHIMERE model (2.5km) (Fig. A.Colette, INERIS)

NO2 Surface concentrations at high horizontal resolution in CHIMERE model (2.5km) (Fig. A.Colette, INERIS)