Prévisions du modèle Prév'Air pour les particules fines PM10 sur la France le 7 décembre 2016

Un épisode de pollution aux particules fines sévit depuis quelques jours sur les grandes agglomérations françaises. Chaque jour les autorités s’appuient sur un dispositif de surveillance national opéré par les Associations Agréées de Surveillance de Qualité de l’Air (AASQA). En plus des mesures en temps-réels de plusieurs composés chimiques, des outils de modélisation permettent aux autorités d’informer la population en cas d’épisode et de mettre en place les mesures de réductions des émissions polluantes comme la circulation alternée.

Outre les mesures en temps-réel des composés chimiques dans l’atmosphère, les AASQA disposent d’outils de modélisation permettant de prévoir la qualité de l’air les jours qui viennent. Ces outils sont basés sur les modèles de prévisions météorologiques opérés à Météo France.

Les outils de prévision de la qualité de l’air

Au niveau national, l’INERIS opère pour le compte des AASQA le modèle Prév’Air qui produit quotidiennement des prévisions de qualité de l’air pour les deux journées à venir.

Prévisions du modèle Prév’Air pour les particules fines PM10 sur la France le 7 décembre 2016

La mise en œuvre de ces modèles de prévisions de la qualité de l’air nécessite de s’appuyer sur des prévisions météorologiques fiables. Les phénomènes à l’origine de la production et de l’accumulation des polluants sont, en période hivernale, des inversions de température à quelques centaines de mètres au-dessus du sol : à l’inverse de la situation normale dans l’atmosphère, l’air en altitude et plus chaud que celui au niveau du sol.

Ce phénomène d’inversion thermique est relativement bien perçu par les modèles de dernière génération comme le modèle AROME de Météo France  ou le modèle régional WRF.

La pollution question de santé publique

Réduire la pollution dans les grands centres urbains pourrait faire gagner 6 à 8 mois d’espérance de vie aux Français (étude APHEKOM).

D’après Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, en 2015, 92000 Grand Lyonnais respirent un air qui ne respecte pas les normes européennes. En région Rhône-Alpes, 120000 personnes sont touchées (source : bilan 2015 d’Air Rhône-Alpes). Le centre ville de Lyon et la vallée de l’Arve sont gravement touchés.

En plus de l’impact sanitaire important de la qualité de l’air sur la population, L’État français risque jusqu’à 30 millions d’amende d’euros par an pour non respect des normes.

L’épisode en cours en Rhône-Alpes :
http://www.air-rhonealpes.fr/pollutions/en-cours

Les prévisions pour les prochains jours :
http://www2.prevair.org/

Le plan Oxygène du Grand Lyon
http://www.grandlyon.com/…/…/dp/20160621_dp_plan-oxygene.pdf

Le bilan 2015 de la pollution en Rhône-Alpes
http://www.air-rhonealpes.fr/…/rappact_bilan_regionra_diagn…

Le résumé de l’étude APHEKOM :
http://invs.santepubliquefrance.fr/…/com…/cp_aphekom_010311/

Le contentieux européen et les amendes associées :
http://www.spppi-paca.org/…/2159/le-contentieux-europeen.pdf