La météo fait des siennes : du 10 au 12 octobre 2014, le Gard et l’Hérault ont connu de violentes pluies qui ont causé de nombreux dégâts matériels, en grande partie à cause des inondations qui ont suivi les pluies orageuses. Si ces épisodes communément appelés épisodes « cévenols » puisqu’ils sont liés à la présence du relief des Cévennes sont relativement bien prévus par les services météorologiques nationaux comme Météo France, l’ampleur des événements et la localisation géographique exacte des cellules orageuses ne sont pas toujours bien appréhendées par les modèles numériques de prévision.

Avec les améliorations des dernières années, les modèles numériques météo actuels comme Arome de Météo France sont capables de reproduire précisément ce genre d’épisodes intenses de précipitations. La résolution spatiale d’Arome est de 2,5 km horizontalement pour 60 niveaux verticaux, ce qui autorise la description précise des interactions de l’air marin humide instable avec le relie des Cévennes. Afin de déterminer quelle résolution est la plus adaptée à la description de cet épisode, le modèle numérique météo WRF a été testé sur cet épisode. Il montre la plus-value de simulations à haute-résolution, de l’ordre de quelques kilomètres, pour décrire ce type d’épisodes.

Afin de tester l’importance de la résolution spatiale du modèle WRF sur ce type d’événement intenses de précipitations, le modèle a été testé sur la journée du 12 octobre 2014 à 3 résolutions différentes. Les données d’entrée comme l’occupation des sols et la topographie sont fournies à la résolution du modèle. La version du modèle WRF est la 3.6.

Les 3 simulations suivantes montrent les résultats du modèle WRF à 3 résolutions différentes :

  • A grande résolution sur un domaine européen
  • A moyenne résolution sur un domaine couvrant la France métropolitaine
  • A fine résolution sur un domaine couvrant le Gard et l’Hérault
Résultats du modèle WRF à une résolution grossière sur l'Europe le 12 octobre 2014 à 6h TURésultats du modèle WRF à une résolution grossière sur l'Europe

Résultats du modèle WRF à une résolution grossière sur l’Europe le 12 octobre 2014 à 6h TU

Précipitations prévues par le modèle WRF à une résolution moyenne sur la France le 12 octobre 2014 à 6h TU

Précipitations prévues par le modèle WRF à une résolution moyenne sur la France le 12 octobre 2014 à 6h TU

Précipitations prévues par le modèle WRF le 12 octobre 6h TU à une résolution fine sur le Gard et l'Hérault

Précipitations prévues par le modèle WRF le 12 octobre 6h TU à une résolution fine sur le Gard et l’Hérault

L’étude des résultats et notamment les comparaisons avec les données des radars de précipitations ont montré que le modèle WRF opéré à de fines résolutions permet de bien reproduire les fortes pluies orageuses qui se sont abattues sur le Gard et l’Hérault tôt le 12 octobre. Le modèle WRF permet notamment de bien reproduire les effets de relief grâce à l’utilisation d’un modèle numérique de terrain à haute-résolution et de s’affranchir des paramétrisations de la convection profonde dans les cumulus : le modèle calcule explicitement les précipitations à partir du solveur numérique et de son schéma microphysique.

Le modèle WRF est particulièrement sensible au choix des paramétrisations physiques qui décrivent les phénomènes convectifs, que ce soit explicitement dans le schéma microphysique qu’implicitement dans le schéma de convection. Le choix de ces paramétrisations doit être réalisé en fonction de la résolution spatiale du modèle et de la zone géographique d’étude.

Pour plus d’informations sur ces résultats, n’hésitez pas à me contacter sur le formulaire de contact.